Punta de Teno, le phare du bout du monde.

12/07/16 : suite à l' effondrement de la route sinueuse , l’accès est momentanément interdit au public Punta de Teno est un de mes end...

3 août 2007

Hommage au caserio de Masca

J’avais en préparation cet article depuis quelques temps déjà, l’actualité me force malheureusement la main.

Ce que je décris ici a disparu dans les flammes destructrices cette première semaine tragique d’août 2007, il faudra des années pour que la nature reprenne ses droits sur ce territoire sinistré et que les habitants rebâtissent leurs foyers.

C’est au cœur du parc rural del Teno, sur le canton de Buena Vista del Norte que se nichait ce petit village isolé au milieu des plus profonds barrancos de l’île de Ténérife.
Ce petit hameau, avec ses maisons typiquement canariennes parfaitement fondues dans le relief environnant, était reconnu comme enceinte ethnographique et architectural des îles.

Jusque dans les années 70, ces magnifiques paysages ainsi que le hameau n’était accessibles qu’à pied par le chemin dit des Guanches qui relie El Palmar à Santiago del Teide en passant par Masca.
Il fallait des heures de marche aux habitants du hameau pour rejoindre les principales villes alentours.

De nos jours, découvrir ce petit bijou au cœur des gorges de Masca continuait de se mériter … il fallait quitter la route principale qui contourne l’île au niveau de Santiago del Teide pour s’engager dans de pittoresques routes sinueuses bordées de petits parapets en ciment. Les routes étaient si étroites que les croisements pouvaient être épiques, et la conduite se faisait au pas. Mais ceci permettait d’admirer tout à loisir les magnifiques paysages qui s’offraient au détour de chaque lacet. Des arrêts (Mirador) permettaient d’admirer cette nature grandiose, en particulier le Mirador de Cherfe qui offre un panorama complet de l’ensemble de la zone : des gorges (barrancos) gigantesques recouverts de petits bosquets, des crêtes rocheuses se découpant sur le ciel azur et toujours au loin, la mer omniprésente.

Puis, au cœur du parc, coincé entre les montagnes apparaissait El Caserío (hameau) de Masca. Un petit groupe de maisons canariennes, accrochés à la montagne qui vivaient depuis ces dernières années du tourisme.
La plupart avaient été reconverties en restaurant, halte obligatoire et bienvenue pour les visiteurs de ces contrées.
Le hameau était regroupé autour de la petite Eglise du 18eme siècle dédiée à l’Immaculée Conception.

Le village était le point de départ d’une randonnée magnifique dans le barranco de Masca. Après une descente de 4 kilomètres (3 à 4 heures de marche), entouré par des murs rocheux de plus de 400 mètres de haut, on atteignait la petite plage où de nombreux bateaux-navettes nous permettaient de rejoindre le port de Los Gigantes.

AOUT 2008 - Ne soyez pas effrayés par ce message, Masca est et restera le 3eme lieu le plus visité de Tenerife après le Teide... et Loro Parque !!!
La nature a repris ses droits, les traces des flammes ont été effacés par la soixantaine d'habitants qui continuent de reconstruire leurs maisons.... toujours dans l'attente des dédommagements promis...

Liens d’intérêt :

Dernières mises à jour : Poème de France (31 mars 2008) - Etat des lieux et randonnée dans le barranco de Masca (12 août 2008) - Nouvelle article Pin Canarien (10 octobre 2010)

29 commentaires:

  1. At the moment, we still don't know how many houses have burnt, because the road is still closed between here, El Palmar and Masca.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    je viens de recevoir ton mail, je n'ai pas dû mettre mon 1er commentaire au bon endroit alors je le recopie ici : je suis rentrée de Ténérife avec toute ma petite famille le 16 juillet : 15 jours FABULEUX !!!! Nous avons fait le plein de belles images et d'accueil chaleureux ; Tout était au rendez-vous : la douceur du climat, les paysages grandioses, les fleurs à foison et les gros lézards ! Mes plus beaux souvenirs : la route au milieu des champs de lave et les dauphins dans la baie de Masca
    Malheureusement je lis dans ton blog que les paysages qui nous ont tant fait rêvé sont partis en fumée à cause de criminels ! il n'y a pas d'autres mots..étant originaire de Provence j'ai malheureusement trop vu ce scénario catastrophe...alors je suis trés émue de penser que cette magnifique route qui plonge dans la baie de Masca et que j'ai filmée pendant presque toute la descente est désormais dans un décor tout brûlé..
    à bientôt pour d'autres gribouilles et photos (peut-être des films si j'arrive à les mettre sous Dailymotion car je ne débute sur internet..)

    RépondreSupprimer
  3. Quel splendide hommage, Carole ! Et quelle douleur de voir ainsi s'échapper en cendres une telle splendeur que l'on aurait pu croire presque irréelle !!!!

    Je pense au poète romantique Nicolas Etévanez, originaire des Canaries, qui écrivit en 1878 un poème extrêmement touchant de beauté et intitulé Canarias, dont voici un extrait :

    Mi patria no es el mundo
    Mi patria no es Europa ;
    Mi patria es un almendro
    La dulce, fresca, inolvidable sombra.
    ................
    Mi patria es una isla,
    Mi patria es una roca,
    Mi espiritu es isleno
    Como los riscos donde vi la aurora.

    L'intégralité du poème pu être consulté sur le site :http://www.letrascanarias.org/modules/icontent/index.php?page=22

    RépondreSupprimer
  4. je n'arrive pas à comprendre l'être humain.
    Merci pour cet hommage "posthume".

    RépondreSupprimer
  5. Quel désastre ! Jusqu'où peut aller la bêtise humaine ?
    Mais il faut garder espoir : il y aura aussi des hommes pour reconstruire, et la nature fera le reste. Il faudra du temps, mais n'oublions pas que le pin canarien, même brulé, repousse.

    RépondreSupprimer
  6. C'est avec tout plein de frissons et un grand chagrin que j'ai essayé de suivre les actualités sur ces incendies...
    J'arrive pas à croire que quelqu'un peut être assez c... pour mettre le feu à la nature et là où il y a des habitations!

    Je me souviendrais donc toujours de ma petite halte dans ce hameau et de tous les souvenirs qui en découlent, en souhaitant aux habitants tout plein de bonnes choses et à la nature de vite reprendre le dessus sur les bêtises de l'Homme.

    Merci Sol pour cet hommage!

    (et désolée pour le message supprimé au dessus, fausse manip...)

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Carole,
    Merci bcq pour cet hommage sur ce lieu que j'ai bien connu. Nous avions fait une belle rando dans ce secteur en octobre 2006 avec une petite pause dans le village de Masca. Le contraste entre le vert de la végétation et le bleu de l'eau, me laisse un merveilleux souvenir.Je n'ose pas imaginer le spectacle de désolation. Je souhaite bcq de courage aux habitants et espère que la nature pourra reprendre le dessus.
    Amicalement.
    Véro

    RépondreSupprimer
  8. France (Tenerife)09 août, 2007 12:49

    Julio est natif de la jolie ville de La Laguna, Tenerife.

    Inutile de dire que les évènements de la semaine dernière l'ont profondément affecté.

    Poète à ses heures, il a bien voulu me "prêter" ce poème inspiré par l'oeuvre destructrice des flammes afin que je le joigne au témoignage de Carole (c'est bien sûr en espagnol...)

    ARDE MI TIERRA
    (MA TERRE BRULE)

    Rojos, amarillos y negros;
    naranjas,
    lenguas abrasadoras,
    besos de muerte.
    Se quiebra la rama
    y el pánico cunde en el monte.
    Quejidos lastimeros
    que exhalan los pinos.
    Invisibles ojos miran asustados
    como la llama abrasa
    y el medio cae quebrado,
    el fuego avanza inclemente.
    Montes, casas y sembrados,
    eclipse de cenizas, y de repente,
    ríe un incendio en carcajadas,
    a sus pies, un mundo calcinado.

    RépondreSupprimer
  9. La nature reprendra le dessus petit a petit, l'homme y mettra son grain de sel et Masca restera toujours Masca, quoi qu'il arrive, c'est un endroit qui est troptypique de Tenerife pour qu'il disparaisse en fumée. Et puis tant que je n'ai pas vu de mes propres yeux les dégats, j'ai du mal à imaginer l'ampleur. Carole, c'est quand tu veux qu'on va vérifier par nous même.

    RépondreSupprimer
  10. Quel touchant poème, France ! Merci à Julio pour ce sublime hommage à sa terre !! Comment ne pas compatir à la douleur de ses habitants !!
    Mais la nature renaîtra de ces cendres là.

    RépondreSupprimer
  11. Tout d'abord un grand merci à tous pour vos réactions ... que ce soit de Tenerife ou bien d'ailleurs, votre solicitude générale est touchante.

    > Val, effectivement pas d'autre mot.

    > Pamela, now I think everything's open, but it will need some months to evaluate exactly the damages...

    > Marie, merci pour ces retours, et dés que tu reussis a mettre la video sur internet fais moi signe, je mettrai un lien.

    > Marie-Laure et France (& Julio), merci pour vos poèmes touchants ... je vais voir comment leur donner une meilleure place dans ce blog, ailleurs que dans les commentaires.
    France, évidemment, j'ai fortement pensé à toi, si prés des incendies.

    > Karine, j'ai mis l'article aussi dans le blog d'expat espagne afin de laisser là aussi une petite trace...

    > DoMi, merci pour ce petit mot, tu as raison, la nature reprendra ses droits, et enchantée de te retrouver sur ces pages aprés s'être enfin rencontrés.

    > Fleurine, Véro : eh oui, nous avons encore des images plein la tête et des photos plein les disques durs. Enfin, aujourd'hui le feu est arreté, les habitants ont été relogés, il ne reste a la nature qu'à reprendre ses droits en esperant que la faune et la flore touchées sauront reprendre le dessus.

    > La Brune ... j'espere de tout coeur oui que nous saurons trouver le temps de faire un tour ensemble dans la montagne, et pas seulement sur les zones sinistrées ...

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour à tous,
    merci à Sol pour ces mots, je retrouve MASCA.
    Je reviens juste de Tenerife. Je suis passé par MASCA, pas pour faire le "glouton optique" mais parceque c'était dans mon circuit de découverte de l'île et dans le trajet que je suivais.
    La route était à peine ouverte au public. Mais les habitants étaient encore absents du village suite à leur évacuation, ce qui donnait encore plus l'aspect de désastre au lieu.
    Il y avait tellemnt de vent que les cendres volaient autour de nous.
    L'odeur du feu se sentait aussi tres fort depuis le bâteau dans la baie de Masca.

    Vous trouverez des photos du voyage mais aussi de Masca début août sur:

    http://picasaweb.google.be/laparenthese/TENERIFEAOUT2007

    A bientôt.
    Bien à vous.

    Olivier

    RépondreSupprimer
  13. > Olivier : merci pour tes messages, et bravo pour les superbes photos que tu partages de ton séjour, on peut les voir sur l'album Picasa de Olivier

    RépondreSupprimer
  14. Bonsoir,
    La nature ne vous a pas gâté cette année !!!
    Bonne continuation
    Claude

    RépondreSupprimer
  15. > Claude : merci pour ce petit clin d'oeil, effectivemment le début août a été chaud, maintenant on reconstruit :)

    > Ecaterina : bienvenue par ici, et bravo pour ton blog... j'aime beaucoup ton style et tes articles.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Sol,

    Félicitations pour ton blog, il est vraiment très intéressant.
    J'ai vécu un an et demi à Ténérife, et suis rentrée en France début octobre 2006.
    J'adorais Masca. Avant de lire ton blog, je ne savais pas que les flammes étaient arrivées jusque là. J'en suis profondément touchée.

    RépondreSupprimer
  17. Pourquoi les imbéciles vivent encore?
    Comment peut-on s'attaquer à son chez soi?
    Je suis passé trop vite dans ce secteur, lors de mon séjour. Et je pensais Qu'en 2009, je pourrais finir de visiter tous ces jolis coins.
    Espérons que la nature soit plus forte que les hommes, et que tout redevienne comme avant.
    Merci à toi pour cet hommage!

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour, nous revenons ma copine et moi (vendredi passé) d'une semaine Tenerife et nous n'avons pu résister à l'envie d'aller voir Masca, malgré les incendies récents.

    A part la végétation noircie et assechée par les flammes et le garage d'une maison complètement brulé on ne voit presque plus aucune trace des incendies (si ce n'est le paysage qui fait un peu "désertique" par rapport aux photos prises avant les incendies :( ), les habitants ont vraiment mis tout leur coeur à redonner vie à leur village.

    Les habitants étaient de retour et nous avons pu échanger quelques mots avec Arlette, suissesse (fracophone) habitant Tenerife depuis de nombreuses années et propriétaire du restaurant "Chez Arlette" à Masca. Elle nous a racconté leurs efforts pour nettoyer et redonner vie au village malgré le vent qui leur rammenait sans cesse des cendres pour tout salir. Ce fut une rencontre très sympa, Arlette venant, en plus, du même village que ma copine.

    Son établissement a heureusement été épargné par les flammes, est vraiment magnifique, et vaut le détour (délicieux jus de fruits naturels, et succulents desserts. Nous n'avons pas eu l'occasion de gouter le reste même si cela avait l'air appetissant :) )

    Nous étions malheureusement déjà fatigués d'une longue mais superbe balade sur le Teide et l'après-midi touchait à sa fin, nous n'avons donc pas eu beaucoup de temps à passer là-bas mais j'espère que nous aurons l'occasion d'y retourner une fois que la végétation se sera remise de ces incendies (ils parlent d'environ 5 ans pour qu'elle se rétablisse).

    Encore merci pour ce blog qui nous a fait choisir Tenerife comme destination de vacances :)

    RépondreSupprimer
  19. @ Joséphine : merci beaucoup pour ton petit passage par ici, je suis toujours touchée quand des personnes ayant vécu à ténérife me laissent des petits messages

    @ Loup-Julien : j'ose aussi esperer que la nature aura repris ses droits lors de ta prochaine visite et que tu pourras nous enchanter de nouveau ave de jolies photos.

    @ David : alors là ... chapeau bas ... quelle compte rendu ! Je ne connais pas Arlette, mais nul doute que lors de ma prochaine excursion à Masca j'irai lui rendre visite et lui parlerai de ton hommage !!!

    RépondreSupprimer
  20. dans ton blog, tu dépeints un tel tableau de Masca que l'on a l'impression que tout a brule et qu'il n'y a plus rien a voir. On ne planifiait du coup pas d'y aller, (jusqu'a ce que l'on rencontre des touristes allemands qui nous ont conseille d'y aller) ce qui aurait ete vraiment dommage, vue la beaute du site. La nature a bien repris le dessus et le site est vraiment exceptionnel ! Dommage que l'on est pas eu le temps de faire la rando qui descend a la mer et rentrer par bateau... Tu devrais modifier ta description et encourager les gens a y aller

    RépondreSupprimer
  21. France (Ténérife)16 mai, 2008 22:46

    Réponse à Estelle.

    Lorsque Sol a rédigé son billet, j'ai fait la même chose en d'autres lieux,et nous étions tous sous le choc de ce que nous avions sous les yeux : 15.000 hectares de forêt, garrigue et cultures en cendres.

    Vivant vers los Gigantes je suis retournée à Masca il y a quelques jours, et j'ai pu effectivement constater :

    1) le travail qui a été fait afin d'effacer autant que faire se peut les dégâts occasionés par les flammes,

    2) la force de cette Nature, grandement aidée par le climat local, qui reprend le dessus moins d'un an aprés les faits.

    Celà dit, pour qui a connu Masca avant l'incendie de juillet 2007, les lieux nouent encore l'estomac à la pensée, entre autre, de la belle palmeraie dont il ne reste pas grand chose.

    Celà dit, oui bien sûr le site reste exceptionnel, quant aux balades à faire aux abords du village, il n'y a pas que l'énorme "Barranco de Masca", il y a aussi de trés belles randonnées plus aériennes, moins longues, qui permettent de jouir d'un paysage fantastique sans dépendre du retour en bateau ni de la mortelle remontée dudit Barranco.

    A votre disposition pour vous en dire plus,

    Un cordial saludo,
    France (Ténérife)

    RépondreSupprimer
  22. > Estelle et France : MILLE MERCIS
    Vous avez tout a fait raison, il est temps que je remette les pendules à l'heure et le chien dans sa niche, la nature reprend ses droits à une vitesse hallucinante et il faut surtout continuer de découvrir ces gorges de Masca qui sont un véritable enchantement !
    Allez, faut que je me prenne par la main et ABSOLUMENT que j'actualise cet article

    RépondreSupprimer
  23. Merci beaucoup pour toutes ces informations qui nous ont permis de passer une semaine inoubliable à Ténérife.
    Nous n'avons pas pu visiter le village de Masca, car malheureusement, les pluies de mardi dernier ont entraîné quelques éboulements de pierres sur la route menant à Masca, l'accès au village était donc impossible en venant de Santiago del Teide.

    RépondreSupprimer
  24. La partie Ouest de l’ile plus authentique, très sauvage, avec une belle végétation, et de beaux petits villages à découvrir. , le seul inconvénient la route très sinueuse, mais le paysage compense largement ce petit point négatif.

    La vue souvent dégagé sur la grande bleue, avec toutes ces Bananeraies, Palmeraies, un air de vivre très paisible, ou le temps semble savoir s'arrêter.

    Un voyage à renouveler,

    Hasta pronto Ténerife.
    et merci encore pour vos conseils

    RépondreSupprimer
  25. De retour de vaances familiales début novembre à Tenerife, je vous remercie de la mine d’informations de votre site. Cela nous a beaucoup aidé pour visiter l’île et prendre pas mal de plaisir dans cette très belle île.



    Quelques adresses intéressantes de restaurants sans aucune prétention, mais où nous avons vraiment passé de bons moments :

    * Chez Arlette à Masca : on sort vraiment des sentiers battus et des restaurants pour touristes

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour

    Je souhaiterai savoir s'il reste encore beaucoup de traces des incendies de 2007 dans le nord ouest de l'île ou si la nature a bien repris ses droits.

    Merci bien

    RépondreSupprimer
  27. CATY ... c'est impressionnant de voir à quel point la nature a repris ses droits. Venez vous à Tenerife ?

    RépondreSupprimer

Merci de laisser quelques gribouilles, cet espace est à vous.