Punta de Teno, le phare du bout du monde.

12/07/16 : suite à l' effondrement de la route sinueuse , l’accès est momentanément interdit au public Punta de Teno est un de mes end...

16 juil. 2009

Proliferation de l'oursin diademe

Diadema antillarum oursin diademe tenerifeLe Diadema antillarum, ou oursin noir (erizo de lima en espagnol) est très présent dans les eaux de Ténérife, tellement présent que depuis 5 années déjà le conseil général tente de réguler sa population.


C'est un oursin de couleur bleue noire (pouvant varier jusqu'au blanc), aux longues épines et dont l'envergure peut atteindre une dizaine de centimètres. Durant la journée, il est caché dans les infractuosités des roches volcaniques de l'île et la nuit, il sort en colonies pour se nourrir d'algues.
Une prolifération dangereuse pour l'équilibre du biotope marin


Diadema antillarum oursin diademe tenerifeDans les Canaries et à Ténérife en particulier, ces colonies d'oursins sont tellement nombreuses qu'elles impactent l'environnement sous marin en dévastant complètement certaines zones qu'elles laissent à nu après leur passage.

Évidemment l'équilibre naturel est alors brisé : on se retrouve avec des fonds exclusivement rocailleux, sans algues, puis finalement sans vie, les poissons partant eux aussi chercher la nourriture ailleurs. On parle alors de "blanchiment" des zones.



Contrôle de la population par éradication


Depuis plusieurs années, des actions d'éradication de cet oursin par les clubs de plongée ont eu un effet bénéfique permettant de repeupler certaines zones où la vie s'est installée de nouveau. C'est par exemple le cas de Las Eras, Abades ou Punta Rasca oú l'éradication constante a entraîné un repeuplement des fonds marins et de nombreuses espèces peuvent y être aujourd'hui observées.


En 2007, le gouvernement des Canaries a consacré 80.000 euros pour la sensibilisation à ce problème et pour l'éradication de l'oursin afin de rétablir l'équilibre de l'éco-système en particulier sur les îles de Ténérife et Lanzarote.


2009 : contrôle de la population de la Montagne Jaune


Sur l'île de Ténérife, les actions du gouvernement sont ponctuelles, cette année en particulier elles seront concentrées la journée du samedi 25 juillet 2009 pour nettoyer la zone de la Montaña Amarilla du côte de Las Galletas.
La période choisie n'est pas fortuite, nous sommes actuellement en fin de phase de reproduction...
L'évolution de l'environnement de la Montaña Amarilla sera alors scientifiquement observée dans le temps. Si les résultats sont probants le principe pourrait être généralisé dans plusieurs endroits autour de Tenerife.


A Terme la création de zone de mise en condition du milieu marin


Effectivement, cette action s'inscrit dans un projet plus global soutenu et mené par le canton d'Arona (municipalités de Arona et San Miguel) en collaboration avec les syndicats de pêcheurs et la FEDAS (Fédération espagnole de plongée sous-marine) visant a créer des réserves de "remise en condition" du milieu marin (ZONA DE ACONDICIONAMIENTO).
L'objectif de ces zones étant la protection et la reproduction des ressources marines.


Une des premières étapes est donc le classement la zone de la Montagne Jaune à côté de Las Galletas comme espace marin protégé, ce qui aurait en particulier pour conséquences :
- l'interdiction de la pêche,
- la création de bouées d'ancrage pour les bateaux de plongée
- l'interdiction des plongées de nuit et du feeding,
- limitation du nombre de plongeurs simultanés et quotidiens


D'ici là, vous pouvez d'ors et déjà vous mobiliser contre la prolifération de l'oursin diadème et commencer à préserver le superbe site de la Montaña Amarilla...




Pour la journée du 25 juillet, les clubs de plongée de Las Galletas se mobilisent et regroupent les bénévoles.
Pour plus d'informations mettez vous en contact avec
Ocean Diving Tenerife le club de Philippe et France à Las Galletas.

Liens d'intérêt :

8 commentaires:

  1. France (tenerife)16 juillet, 2009 22:49

    Un grand bravo à Philippe et à France de Las Galletas (de la part de France de Puerto Santiago...) pour leur participation à ce projet qui j'espère fera tellement de petits que Tenerife sera bientôt entourée de réserves marines protégées, il y en a bien besoin.

    Celà dit, moi j'ai une suggestion pour le gouvernement des Canaries : les 80.000 euros ils nous les donne, nous on organise une méga "orusinade" à la marseillaise : du bon pain, du pastis, et là les malheureux oursins, ils n'auront plus qu'à bien s'accrocher à leur diadème !

    C'est tout de même un peu triste et paradoxal, non, de devoir sacrifier ces jolis oursins afin de sauvegarder d'autres éléments de l'écosystème?

    RépondreSupprimer
  2. France (tenerife)16 juillet, 2009 22:51

    Il fallait lire bien sûr : OURSINADE !

    RépondreSupprimer
  3. FRANCE... huuuuuuuuuuuuuuum, une ousinade, un grand plateau de fruits de mer... malheureusement je crois que si l'homme avait trouvé un quelconque intérêt gustatif à ces oursins ils ne seraient plus là depuis longtemps... un peu comme les malheureuses raies de Las Galletas qui ont disparu depuis cette année...

    RépondreSupprimer
  4. Il fallait lire bien sûr : OURSINADE !

    Flûte moi aussi j ai du mal :o)

    RépondreSupprimer
  5. France (tenerife)18 juillet, 2009 11:40

    SOL...HAHAHAHA ! Allez, on répète tous en choeur :OUR-SI-NADE, OUR-SI-NADE !

    Oui, tu as raison : s'il était possible de les vendre au rayon poissonerie du maudit Mercadona, le Gouvernement des Canaries pourrait s'en aller fouetter d'autres chats...

    Méditons donc quelques instants sur le sort du malheureux oursin diadème, lequel sera décimé, faute de pouvoir être vendu et dévoré.

    RépondreSupprimer
  6. Pour info, le feeding sera interdit sur site.
    En esperant que cela entraîne un changement de mentalité des clubs sus-cités.

    RépondreSupprimer
  7. Pour vous rassurer, sachez que l'on voit encore des raies lors de nos plongées.
    Ouf ! Certes, il y en a moins que l'année passée sur une certaine épave... et puis il y a peut être moins de centres qui pratiquent le feeding maintenant et donc sont elles moins attirées ?

    That is the question.

    Mais on papotte, on papotte : au boulot les plongeurs de bonne volonté !

    RépondreSupprimer
  8. ANONYME... ah interdire le feeding depuis le temps que j en cause, espérons que le décret passe pour que cela se concrétise.

    Mais entre nous ce n est pas sur le site de la Montaña Amarilla qu il était le plus violent le feeding, j'ai eu l'occasion de plonger plusieur fois sur Las Rayas...

    de même que je n'ai jamais vu Ocean Diving pratiquer le feeding, et ce n est pas une pratique que je les ai entendu cautionner... pourtant c'est pas mal la mode du côté de Las Galletas...

    M'enfin le sujet est intéressant. Je pourrai faire un article ;op

    FRANCE : contente que quelques raies subsistent !
    Quelle sagesse, tournons nous vers l avenir, plongeons et occupons nous des oursins ...

    RépondreSupprimer

Merci de laisser quelques gribouilles, cet espace est à vous.