Punta de Teno, le phare du bout du monde.

12/07/16 : suite à l' effondrement de la route sinueuse , l’accès est momentanément interdit au public Punta de Teno est un de mes end...

5 juin 2009

Legende de Guayota

Guayota est le mauvais génie qui vivait au sein des volcans et en particulier à Tenerife, du Teide, alors connu sous le nom de Echeyde. Depuis le cœur du volcan, le malin projetait lave et cendres menaçantes afin de rester toujours présent dans l’esprit des guanches, les premiers habitants de Tenerife.

Echeyde était alors considéré comme le chemin menant directement à l’enfer…
Lorsqu’Echeyde sortait de son repère, il prenait alors la forme d’un grand chien noir. Il ne sortait qu’accompagné de ses fils les Tibicenas, eux aussi des chiens de couleur sombre.

Un jour, Guayota, téméraire, alla jusqu’à enlever Magec, le dieu du soleil et de la lumière. Il le séquestra alors au sein de son antre, dans les couloirs sombres de Echeyde, sans aucun espoir d’évasion. L’ensemble des îles fût alors subitement plongé dans l’obscurité. Les Tibicenas profitèrent de ce moment pour partir en maraude sur les flancs du volcan et dévorer les animaux sans défense.

Les Guanches, effrayés, implorèrent alors Achamán, le dieu du Ciel, le plus grand des dieux du monde aborigène. Ils implorèrent sa pitié et lui demandèrent assistance pour vaincre le mal. Achamán ne resta pas insensible à ces supplications et se lança dans une lutte acharnée contre Guayota.
Achamán sortit victorieux du combat contre le mal, et en libérant le dieu Magec, il sortit les paysages des ténèbres dans lesquels ils étaient plongé. Enfin, afin d’assurer la tranquillité des guanches, il condamna l’entrée du volcan Echeyde, empêchant ainsi Guayota de sortir de nouveau.

Les aborigènes vécurent alors paisiblement durant de longues ères, jusqu’au jour oú la montagne de l’Enfer entra de Nouveau en éruption.
En réaction à ce subit réveil du volcan, les guanches allumèrent en toute hâte des feux en tout point de l’île afin de pousser Guayota à croire que l’île entière n’était qu’un Enfer et l’inciter ainsi à exercer ses pouvoirs malins dans d’autres recoins du monde.
Une autre version atteste que ces feux n’étaient destinés qu’à effrayer le malin.

Liens d'intérêt :

  • Sobre Canarias en espagnol (reprise de la légende de Guayota)

  • Culture et mythologie des Iles Canaries
    excellent ouvrage de Josette Chanel-Tisseau des Escotais, maître de conférences à l'Université de Cergy-Pontoise. Auteur de nombreux travaux sur les Iles Canaries de l'Antiquité à nos jours, elle est publiée aussi bien en France qu'en Espagne.
    Présentation de l'Editeur : "L'archipel canarien a été considéré pendant l'Antiquité comme une zone redoutée délimitant le bout du monde : il a suscité nombre de phantasmes. Sans avoir jamais dépassé l'âge de pierre, sa population primitive, consciente d'une identité particulière, a longtemps refoulé toute hégémonie territoriale ou influence culturelle. Mais au XVe siècle, elle a connu les vicissitudes d'un déferlement normand, puis espagnol, malgré une farouche résistance longue d'une centaine d'années. Laminée, la région a intériorisé sa spécificité pour devenir une plate-forme stratégique reliant l'Europe des conquistadors, puis des colonisateurs et des commerçants, à l'Amérique. Aujourd'hui, les Iles Canaries revendiquent une culture située aux confins du réel : elle mélange une mythologie originale, une Leyenda Negra canarienne et les effets de la globalisation et de la mondialisation. Une belle introduction à ces îles atlantiques."

9 commentaires:

  1. J´aime ces histoires. Et il y a toujours une autre version, comme dans l´histoire.
    A plus
    Elisa

    RépondreSupprimer
  2. Quand je pense que l'edificio où nous habitons s'appelle Guayota, ça me laisse rêveuse... et justement, il n'y a pas de chien. C'est louche tout ça...

    RépondreSupprimer
  3. ELISA : j'imagine que dans ton pays, tu en as aussi de nombreuses légendes :) Merci de ton passage ici

    FRANCE : Flûte... y vois tu un rapport de cause à effet ?

    RépondreSupprimer
  4. France (Tenerife) à France (du sud) : hahaha !! Et tu dors tranquille toi dans un édifice avec un nom pareil !?

    Alors moi je vais vous dire un truc. Guayota est toujours là, il veille... Il est même employé par le Parc National du Teide pour vous raconter le belle histoire de l'archipel des Canaries, et plus particulièrement du majesteux site volcanique des Cañadas.

    Vous le retrouverez dans un petit film trés bien fait dont vous pouvez demander la projection dans la langue de votre choix, dans la salle prévue à cet effet au centre de visiteurs (Centro de Visitantes) de El Portillo. Accrochez vous bien, ça fait peuuuuur !

    RépondreSupprimer
  5. FRANCE... je n ai pas vu le film... pourtant j y suis passee au centre des visiteurs de El Portillo.
    J ai donc du y passer un peu trop vite, pressée que j étais d arpenter les chemins de randonnées de La Fortaleza !

    RépondreSupprimer
  6. SOL : ah ben voilà ! Comment rater le petit film ;0)... Alors moi si tu veux, c'est un peu le contraire : j'ai dû le voir au moins 300 fois, en français et en espagnol, avec tous les amis et les voyageurs qui passent s'héberger sous mon toit ! Parrrrr coeurrrrr, je le connais, le petit film de Gayota, hahaha!!! Gayota, je ne m'en lasse pas!

    Vous pouvez y aller aussi avec des enfants : la réalisation a aussi été pensée pour eux, il faudra juste qu'ils ne prennent pas leurs jambes à leur cou en voyant surgir le sinistre Génie du Feu des profondeurs volcaniques.

    Attention, le Centro de Visitantes de El Portillo ferme ses portes à 16h.

    RépondreSupprimer
  7. Merci de votre réponse et superbe blog sur Ténérife que je croyais connaître, mais avec ce blog je vois que je n' en connaissais qu' une petite partie.
    amicalement Thomas

    RépondreSupprimer
  8. FRANCE j'admire et envie toujours autant ta dévotion ;OP

    THOMAS, merci pour ce gentil message, si tu as des informations a partager elles seront les bienvenues

    RépondreSupprimer
  9. THOMAS : Eh oui... il y a tant de choses à découvrir à Tenerife ! Personnellement celà fait des années que je vis ici entre mer et volcans, et je n'ai pas encore tout fait ni tout vu !

    SOL : il est vrai que j'aime profondément cette île... qui me le rend si bien :o) Un besito, preciosa...

    RépondreSupprimer

Merci de laisser quelques gribouilles, cet espace est à vous.