Punta de Teno, le phare du bout du monde.

12/07/16 : suite à l' effondrement de la route sinueuse , l’accès est momentanément interdit au public Punta de Teno est un de mes end...

28 févr. 2009

Santa Cruz... teasing !!!

Voici un petit article pour vous tenir en haleine à cette sortie de carnaval de Tenerife...

En préparation depuis quelques mois, l'itinéraire de France pour découvrir les ruelles de Santa Cruz, l'article a été écrit et réalisé à 4 mains (et 4 jambes)...
France pour la prose et la connaissance de la cité et ma pomme pour les illustrations et photos.


La mise en bouche arrive, je laisse la place à France de Tenerife Autrement !


Que faire et que voir à Santa Cruz ?
Quelques morceaux choisis.


Nichée entre l’océan et les contreforts du Massif d’Anaga, Santa Cruz de Tenerife peut au premier abord rebuter par l’urbanisation échevelée dont elle fut malheureusement l’objet ces dernières décennies, par ses quartiers périphériques aux allures de banlieue version latine, sans oublier sa fameuse raffinerie de pétrole (mais que ferions-nous sans elle?) et le bric à brac de grues et de containers de son port marchand (…et que deviendrions-nous sans lui?).

Mais ne vous laissez pas tromper par les apparences, et n’hésitez pas une minute à lui consacrer une demi-journée de votre séjour, et l’autre demi-journée à ses environs : vous êtes là au cœur de la vie locale, dans une petite capitale provinciale et tranquille, boisée et fleurie, dans les rues de laquelle il fait bon flâner, faire les boutiques et savourer une “caña” bien fraîche ou un jus de papaye dans un troquet.

Pour avoir longtemps résidé perchée sur un toit idyllique en bordure de l'hyper centre, je me permets de rajouter mon grain de sel aux précieuses informations de Sol en conseillant à nos visiteurs un petit circuit “découverte”, presque entièrement tracé en zone piétonne, à consommer dans l'ordre ou le désordre ....

17 commentaires:

  1. France (tenerife)28 février, 2009 14:39

    Oh Soooool, youpiiii!!! "Ma prose" et "tes photos" (reviens, y'en encore plein de choses à faire!) de beaux souvenirs, et un gros clin d'oeil à cette Dorada que j'apperçois pétillant sur fond de Marché Nuestra Señora de Africa, on l'avait bien méritée celle là à la fin de notre reportage, c'est qu'on en a fait des kilomètres ce jour là!

    Un certain nombre de nos voyageurs ont déjà parcouru la capitale provinciale avec ce petit texte en main en avant première (pas plus tard qu'hier encore...) et ma foi personne ne s'est perdu en route, et les retours d'impressions ont été trés chaleureux, donc c'est parti pour la visite : bonne balade à tous dans les rues de Santa Cruz,
    Cordialement,
    France (tenerife)

    RépondreSupprimer
  2. > FRANCE, ca vient, ca vient, mais comme je veux faire cela joli beau suis en train de faire un plan qui une fois imprime sur papier donnera un max d info a tout le monde
    Bref, je travaille pour faire honneur a ta prose !
    Bonne semaine a tous

    RépondreSupprimer
  3. France (Tenerife)02 mars, 2009 21:43

    Oh mais je me doutais bien que ce suspens cachait sûrement un petit détail perfectioniste ;0)
    (eh... n'oublies pas... le ciel,héhéhé...)
    Bibise copine,
    France (Tenerife)

    RépondreSupprimer
  4. France (tenerife)02 mars, 2009 22:01

    Mais j'ai oublié de te dire un truc Sol!! ... En vertu de la loi sur la Mémoire Historique, la Rambla General Franco a été débaptisée en décembre dernier ! Mais oui!... Hop, plus de General Franco ! (Exit aussi 8 autres rues portant des noms de géneraux patibulaires du même acabit, et comme ils les avaient tous regroupés dans le même quartier, là c'est le b... pour le pauvre facteur et les passants paumés!).

    Je crois que son nouveau nom c'est "Rambla de Santa Cruz" (Aaaah ben on sent que ça a cogité ferme, pour pondre ce blaze empreint d'originalité!), je vérifie et du coup je change une ligne à la fin de l'article que tu es entrain de peaufiner...¿Vale?
    France (Tenerife)

    RépondreSupprimer
  5. > FRANCE... ca y est l article est en ligne, j espere qu'il te plait ! Je viens de modifier pour monsieur Franco ;op

    RépondreSupprimer
  6. france (tenerife)03 mars, 2009 21:33

    Parfait! C'est super copinette ! Bien pour la correction : la Rambla Général Franco j'y ai habité 6 mois, sur mes papiers d'identité crois moi, ça faisait bizarre... surtout qu'auparavant j'avais habité la Calle... Castro ! Hahaha ! Pas mal dans le style mélange des genres!

    Les autres rues qui viennent de changer de nom ne sont pas dans une zone touristiquement stratégique,mais je ne résiste pas au plaisir de vous informer de leur nouvelle appellation car ça vaut son pesant de cacahuètes :

    - la rue General Fanjul (Oh que c'était pas un rigolo celui là!) s'appelle maintenant : la "calle del olvido", pour les non hispanisants : la rue de l'oubli, allez hop Fanjul, aux oubliettes !

    - la rue General Goded (lui non plus, pas à prendre avec des pincettes...) s'appelle maintenant la "calle del perdón" : la rue du pardon, allez roulez Goded, il vous sera beaucoup pardonné, mais y'a du boulot!

    - la rue General Sanjurjo (j'en ai des frissons rien qu'à tenter de prononcer son nom) s'appellera sous peu la calle ... de los sueños !! La rue des rêves... sans doute pour les substituer aux cauchemards des épisodes les plus sombres de l'Espagne du XXème siècle.

    - le General Morato cèdera le pas à la "calle de la tolerencia", qu'il se le tienne pour dit!

    - Quant à l'avenue General Mola, ce sera désormais la Avenida Islas Canarias, et qui s'en plaindra, si ce n'est, toujours lui, le malheureux préposé à la distribution du courrier dans ce quartier soudainement démilitarisé.

    Si j'ai un petit moment, je vous parle plus en détail de la Loi sur la Mémoire Historique.

    Bien cordialement,
    France (tenerife)

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour
    Un petit compte rendu sur ce petit voyage…..
    Voilà de retour de Tenerife,
    Enchanté par cette belle ile avec de grands contrastes, en une semaine nous avons sillonnée du nord au sud, cote Est et Ouest,
    Visite de Puerto de la Cruz, Orotava, Icod de los Vinos ,Santa Cruz, la Laguna , Candelaria, Aricó , Arona, Adeje, Los Cristianos, playa de las Américas, San Juan, las Galletas, Los Abrigos, El Teide, Garachico, Masca, Los Gigantes, et d’autres petits villages a l ‘interieur des terres.
    Accueil très charmant, les insulaires sont très serviables,
    Le réseau routier très convenable, le climat bien dans l’ensemble, 2 jours de pluies sur la semaine, sinon, température de 19 à 23 degrés,
    Nous avons assistés au Carnaval de Puerto de La Cruz, Très bonne ambiance, A voir,
    Pour celui de Santa Cruz nous avons assisté au final, beaucoup de monde, avec une ambiance très festive.

    Nous pensons même à y retourner et vraiment à nous installer sur Place,
    Par contre, la crise est aussi présente sur place, offre très grande de logements et locaux à louer et a vendre.
    Présence très forte de Britannique et Allemand sur place, notamment sur le Sud de l’ile,
    La partie Ouest de l’ile plus authentique, très sauvage, avec une belle végétation, et de beaux petits villages à découvrir. , le seul inconvénient la route très sinueuse, mais le paysage compense largement ce petit point négatif. La vue souvent dégagé sur la grande bleue, avec toutes ces Bananeraies, Palmeraies, un air de vivre très paisible, ou le temps semble s’avoir s’arrêté.
    Un voyage à renouveler,
    Hasta pronto Ténerife.
    Luis et Clarisse.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Carole
    Merci encore pour tous vos conseils
    Nous avons bien apprécié votre Blog trés complet.
    encore merci
    Clarisse et Luis de Bordeaux

    RépondreSupprimer
  9. france (tenerife)07 mars, 2009 16:40

    A l'attention de Clarisse et Luis.

    Les routes sinueuses de l'Ouest peuvent elles vraiment mériter l'appréciation de "point négatif", un peu comme si l'on disait des Gorges du Verdon qu'elles sont trop sinueuses... Ces routes ont été creusées avec sûrement beaucoup de peine en plein coeur du plus vieux massif volcanique de l'île, et lorsque je vous aurai dit que l'Ouest "sauvage" que vous semblait avoir apprécié, ce qui me réjouit, étant donné que c'est là que je vis et tente de faire passer le message que Tenerife ce n'est pas qu'un nord et qu'un sud, lorsque je vous aurai dit, disais-je, que l'Ouest est menacé par une belle autoroute qui le traverserait de part en part pour relier le sud à Puerto de la Cruz, vous conviendrez sûrement comme nous tous ici, que les petites routes sineuses, on en veut et on en redemande en lieu et place de cette scandaleuse atteinte à l'Environnement et aux beautés de l'île qui plane sur le futur de la Commune de Santiago del Teide et de ses abords.

    Je me ferai doublement l'avocat du diable en vous recommandant plusieurs voyages avant de planter votre tente sur Tenerife. Une chose est d'y passer une semaine de vacances, une autre trés différente est de vouloir s'y installer surtout si vous envisagez une activité professionnelle, et ce n'est pas Sol qui contredira ce point de vue.

    Chapitre "forte présence d'anglais et d'allemands", sachez que d'aprés les stats du consulat nous sommes 4000 français résidents sur l'île (dont le "bunker" français de Marazul : 300 apparts et 58 bungalows), ça n'est pas rien non plus vu du côté des autres nationalités qui nous observent : ce matin au marché d'agriculteurs d'Adeje (Sol, note pour la page marché : c'est nouveau...)je suis restée abasourdie en écoutant autant parler français à chaque coin d'étals.

    Dans le décors canarien, autant de "gabachos" (comme nous surnomment les espagnols de façon sympathico-péjorative) c'est aussi surprenant que la "forte présence" nos voisins nordiques.

    RépondreSupprimer
  10. Hihih j'aime bien le "sympathico-péjorative" lol, c'est tout à fait ça et je suis bien placé pour en parler. D'ailleurs à ce propos, savez-vous pourquoi ils nous appellent comme ça? Parce que les envahisseurs colonisateurs que nous étions à l'époque de Napoléon venaient tous d'une rivière de la zone béarno-basque qui s'appelle le "Gave", rivière dans laquelle je me baignais et pêchais des truites quand j'étais petit dans la région d'Oloron Ste Marie (ça c'est pour l'anecdote, rien à voir avec le sujet hihi). Donc, voilà à force de venir les envahir en passant par "le Gave", on a du les "gaver" et ils nous ont appelé "los gabachos", jolie histoire non?

    Ce qui serait intéressant serait de savoir de quoi est constitué cette part de 4000 français (retraités, actifs, ...). Sur l'île d'à côté, j'ai rencontré quelques français à Las Palmas, souvent des retraités ou des personnes qui touchaient les Assedics et venaient profiter de l'hiver canarien. Dans le Sud de l'île vers Maspalomas et Playa del Inglés, les allemands et anglais ont colonisé la zone de manière incroyable à tel point que les menus des restos, ... sont tous en allemand. Il y a là bas quelques français en vacances, mais tant que les compagnies aériennes françaises ne feront pas d'effort pour développer le tourisme de proximité dans les Iles Canaries au lieu de tout miser sur les Antilles, on verra pas beaucoup de français sur les cailloux canariens et c'est dommage ... ou pas ...
    Julien (qui doit patienter une demi-heure pour envoyer son texte à cause des lettres à écrire... Loading ...)

    RépondreSupprimer
  11. > CLARISSE et LUIS, merci beaucoup pour ce compte rendu bien complet et heureuse que le séjour se soit bien passé.

    > FRANCE "avocate du diable"... faut que tu m'en dises plus sur le marché des agriculteurs de Adeje STP !

    > JUJU, bravo pour l'explication magistrale sur les gabachos !

    RépondreSupprimer
  12. france (tenerife)09 mars, 2009 21:41

    Coucou Juju! Alors il y a une autre version connue de l'orgine de l'appellation "gabachos", elle prend également sa source dans la zone des Pyrénées et peut être même des Alpes , et serait plus ancienne que les troupes de Napoléon (XVIe siècle par là), tout aussi péjorative, preuve que les espagnols, parfois, nous leur a vraiment pris le chou, sauf votre respect.

    L'expression pourrait provenir de l'occitan "gavach" (rappelons qu'en espagnol le B et le V sont un seul et même son) qui voulait dire quelque chose comme,hum, grossier,et oui et oui, nos ancêtres avec leurs gros sabots,on trouverait même venant du XIIIe siècle (à vérifier)une signification de ce terme qui se référait au goitre dont était affublés les montagnards vivant loin de la mer avec des carences en iode,une des causes de l'apparation de cette maladie, et bien sûr lorsqu'ils descendaient dans les plaines côté ibérique, ils ne devaient pas passer inapperçus.

    Rappelons qu'en sus de "gabachos", les españols nous appellent aussi les "franchutes", et ce n'est pas plus glorieux.... Donc bref, le "franchute" en vacances aux Canaries et plus généralement en Espagne fait toujours la fine bouche à la vue d'un allemand ou d'un anglais,oubliant qu'il n'est lui même qu'un "franchute" pour l'autochtone qui le voit débarque de son avion. Bon, c'est comme partout il y en a qui nous aiment bien, et d'autres qui ne nous aiment pas plus que ça, et ce, plus particulièrement sur la Peninsule (il y a des raisons, à développer dans un prochain post).

    Les 4000 français Julien, sont bien évidemment dans un grande majorité des retraités d'un époque bientôt révolue des retraites confortables, c'est pourquoi je mets en garde en toute honnêteté les personnes qui suite à un coup de coeur aurait tendence à penser que le paradis sur Terre a pour nom Tenerife. Il peut l'être, oui, mais tout dépend de ce que l'on est venu y chercher.

    Pour les vols, tu as entièrement raison. Lorsqu'on compare le prix des vols au départ de Londres, de Bruxelles ou de certaines villes d'Allemagne avec les tarifs qui sont pratiqués depuis la France, on comprend tout de suite cet afflux venu d'Europe du nord.

    Celà dit, entre l'allemand et l'anglais vautrés pleins de bière sur les plages du sud, et l'allemand et l'anglais chaussés de godillots et sac à dos dans la montagne, respectueux de la nature comme ils savent l'être, il y a la même différence qu'entre le même français vautré et celui qui sillonne les sentiers des massifs de Tenerife, ou la mer, de façon respectueuse.

    Pour le "loading", tu as raison aussi, c'est comme nos ancêtres les gaulois-goitreux avec les z'espagnols : ça prend le chou, Sol, fais kekchoz!!!! Et puis je sais pas vous, mais l'aperçu ça marche pas.

    RépondreSupprimer
  13. OKay okay bon beh alors effectivement, ça a l'air de remonter encore plus loin tout ça ... Au final, on ne saura jamais la réelle explication à ce mot si mystérieux ... Cela dit, c'est quand même marrant d'avoir sa propre phrase et de pas être mis dans la catégorie si vaste des "guiris", même si ça agace plus d'un français, c'est preuve que malgré tout, les espingouins (les "churros" dans le Sud ouest) nous aiment bien !! J'ai lu un sondage dans le nouvel observateur qui demandait aux espagnols "quel est le peuple en Europe auquel vous avez le plus d'affinités" et les gaulois l'emportaient avec plus de 80% des voies devant les ritals (qu'énormément de churros détestent), puis les boches et les rosbeefs ... Vive l'Europe et sa diversité ... Pourvu que ça dure comme dirait l'autre avec son petit doigt ...

    RépondreSupprimer
  14. france (tenerife)10 mars, 2009 00:32

    Joooo... (Ooooh... en français dans le texte) Julien ! Le coup des espingoins, j'avais pas osé...Tu crois vraiment que le "franchute" n'est pas classé dans les catégorie des "guirris"?... Mmmmmm.... bon, le sondage du Nouvel Obs pourquoi pas, mais je t'assure que vers le milieu des années 80 lorsque tu passais la frontière en plein boycott de la France, suite aux exactions de nos paysans contre les camions de fruits et légumes en provenance des exploitations agricoles de Valencia et du sud de l'Espagne, il valait mieux s'appeller Gonzalez que Durand ou Dupont!

    Si on remonte plus loin, dans les années 60/début 70 (je précise que je n'étais pas à l'époque en âge de prendre position depuis le fond de mon bac à sable), le fameux français moyen jouant les grands seigneurs sur la côte méditerranéenne espagnole en plein bétonnage,dans une Espagne muselée par plus de trois décénnies de franquisme oú avec trois francs six sous le touriste vivait comme un grand seigneur et souvent se comportait comme tel, ça n'a pas laissé que de bons souvenirs dans les fières âmes ibériques, mais heureusement les générations passent, les temps changent, et les comportements avec, de part et d'autre des frontières qui n'en sont plus.

    Etudiante en Espagne dans cette fameuse moitié des années 80 il m'arrivait souvent d'assister à des piques verbales anti-"gabachos", mais aussitôt les copains en se souvenant de ma nationalité s'exclamaient "Non mais toi c'est pas pareil!" ce qui était trés rigolo et rassurant car difficle pour moi d'imaginer que l'on puisse m'assimiler à un gros camionneurs en colère déversant les tomates valenciennes sur les autoroutes du sud de la France ! Mais quelque part la nationalité c'est aussi ça : quelque chose de bien perçu oú d'irritant pour les autres, que l'on porte bien malgré soi sur ses frêles épaules.

    RépondreSupprimer
  15. Buff le coup des fruits et légumes, je l'avais oublié celui-là !!! Il est encore bien présent dans toutes les bouches ... "Jodidos gabachos, nos tirasteis la fresa en la frontera !!" est sans doute la phrase que j'ai la plus entendue lol

    RépondreSupprimer
  16. > FRANCOUNETTE ET JUJU, ciel que tout ceci est étymologiquement intéressant, me demande si je vais pas en faire un condensé pour un article tiens !
    A moins que cela en tente un des deux de rédiger ?

    RépondreSupprimer
  17. JUJUUUU....JUJUUUUUU.... tu veux rédiger toi ?.... Sol, ça peut attendre ? Moi perso là je suis à fond dans les volcans ¡ Ja ! l'éthymologie va devoir attendre, mais tu nous connais, on y reviendra!

    RépondreSupprimer

Merci de laisser quelques gribouilles, cet espace est à vous.